redlerthierry.com


June 23, 2017

SUR SCÈNE SOUS LES PROJECTEURS

SUR SCÈNE SOUS LES PROJECTEURS

Les projecteurs pour un artiste ça veut dire sortir de l’ombre de la coulisse, de la quiétude de sa loge pour se mettre dans la lumière. Rappelez-vous la première fois que vous avez pris la parole en public ! Le trac, difficile de tricher, de cacher ses émotions devant un auditoire. A moins de disparaître d’un coup, aucune fuite n’est possible. On peut être bardé de diplômes, très intelligent, difficile d’avancer dans une carrière quand on bégaie ou que l’on ne trouve plus ses mots dès que l’on se trouve en public.

Les politiques les plus célèbres connaissent le handicap que peuvent causer une mauvaise diction. Et quand ils l’ignoraient, les Guignols et autres humoristes sont là pour le leur rappeler.

Apprendre à être vous en utilisant votre potentiel et non ce que les autres voudraient que vous soyez. Certains se découvriront, sentiront leur force se décupler. Si nous avons tous des défauts, nous avons aussi tous des qualités, une fois votre timidité maîtrisée, il y a une joie formidable à être sur scène ou devant une caméra.

C’est en se rendant à un entraînement de judo que Thierry Redler assiste par hasard à un cours de danse classique. C’est le déclic, à 14 ans, il devient un des élèves de Guillermo Palomarés. Ce grand professeur de danse moderne décide de s’occuper de lui et de faire son éducation artistique. Grâce aux relations célèbres du salon de Guillermo, il découvre la peinture avec Sonia Delaunay, la sculpture, la musique avec Arthur Rubinstein et Rostropovitch, la rigueur de la danse classique avec Noureev.

Tout en continuant les arts martiaux, puisqu’il devient ceinture noire de judo, Thierry Redler devient à 17 ans, soliste dans les ballets russes d’Irina Grebjina et tourne un petit rôle dans un film ” Le crime des innocents “.